Les sabotiers

La lettre des Sabotiers

 

Du sommet de Cerfontaine, du côté du Wôt Fowia, lorsqu’il m’emmenait en balade, mon père disait parfois , se tournant vers la forêt de Senzeille :

(Regarde bien petit, ce massif forestier, c’est notre richesse…on pourrait en fabriquer des milliers et des milliers de sabots.)

Pays de grands bois, Cerfontaine est doté d’un important patrimoine forestier qui en a fait un pays de bûcherons mais également de sabotiers.En effet, en 1850, à Cerfontaine l’industrie du sabot comptait plus de 100 ouvriers.Ancienne coopérative sociale, la saboterie l’Espérance a poursuivi ses activités jusqu’en 1962. Les derniers sabots qui y ont été fabriqués sont encore vendus au musée.

Une autre saboterie, la saboterie Saint-Joseph sera fondée en 1907 et a cessé ses activités au début des années 50. Ici comme ailleurs la vie était rude ; être sabotier était un vrai métier, mais aussi un travail qui permettait à de nombreuses familles de ( VIVRE ).Sciage, façonnage, gravure et peinture demandaient beaucoup de savoir faire.

A l’origine la fabrication des sabots se faisait entièrement a la main et souvent par équipe de 2 ouvriers. L’un creusait l’intérieur du sabot, l’autre façonnait l’extérieur.Le façonnage exigeait toute la dextérité de l’artisan. La matière première, essentiellement des bouleaux verruqueux se trouvaient sur place, dans la forêt.La technique et les astuces du métier se transmettaient de père en fils.Le développement de cet artisanat contribua certainement à l’essor du village.

La période la plus florissante pour l’industrie du sabot fût sans doute celle qui précéda la guerre 1914 – 1918.Après la guerre, la mécanisation améliora les conditions de travail, le gros œuvre se faisait maintenant à la machine et les sabots étaient terminés à la main.Mais l’industrie périclita peu à peu à Cerfontaine comme dans d’autres villages.La mise sur le marché des chaussures de travail en caoutchouc, le nombre de plus en plus élevé de personnes parties chercher du travail dans l’industrie ou le secteur tertiaire, la modification des modes vestimentaires opérées sous l’influence de la ville eurent raison de cette activité qui fit la fierté des habitants de Cerfontaine.

Que reste t’il de tout ce savoir faire ?

Pour perpétuer la tradition et afin que le travail de nos ancêtres ne sombre pas dans l’oubli, un groupe de personnes particulièrement dynamique de notre belle région de l’Eau d’Heure ont créé le 13 décembre 2001 :(La Confrérie des Sabotiers de l’Eau d’Heure).

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site